Early birds du Québec
2010

Hommage aux Early Birds du Québec

Early bird E. Anctil
Early bird F.A Wanklyn

Le Panthéon rend hommage aux précurseurs des débuts, regroupés sous l’appellation des «Early Birds». L’expression tire son origine d’une organisation américaine regroupant tous les aviateurs (sans égard au pays ou à la nationalité) ayant réussi au moins un vol solo avant la Première Guerre mondiale. L’organisation n’existe plus aujourd’hui mais l’expression est restée.

Pas moins de huit «Early Birds» du Québec sont connus à ce jour (d’autres pourraient s’ajouter au fil des recherches).

A.E. Forget

Il fut présent au pageant de Pointe-Claire à titre de reporter. Plusieurs vols «très réussis» et «de loin supérieurs- aux exigences du brevet de pilote» lui sont attribués à l’école Sommer en France, vers janvier 1911. Forget représentait à ce moment-là un groupe d’investisseurs montréalais intéressés à ouvrir une école d’aviation à Montréal.

Ernest Anctil

Il fut présent au pageant de Pointe-Claire à titre d’apprenti. Il fit un stage de six mois à l’avionnerie Caudron, en France. Il collabora à la mise au point des prototypes de P.H. Reid, en plus des siens. En 1912, i1 effectua plusieurs vols solos à Cartierville, aux commandes d’aéroplanes construits avec le Suisse Gustave Follien.

John B. Wellington

Il résidait à Montréal et fut listé en avril 1911 comme élève-pilote à la Chicago School of Aviation.

Frederick A. Wanklyn

Il fut officier montréalais du RFC et premier Québécois à obtenir un brevet de pilote, octroyé en Angleterre, le 3 septembre 1912, par le Royal Aero Club. Décoré de la Croix militaire, il fut également le premier et seul aviateur canadien à participer aux combats en 1914. Il commanda ensuite diverses escadrilles et bases d’aviation.

Percival H. Reid

C’est un pionnier montréalais de la construction aéronautique. Entre 1911 et 1914, il conçut et fit voler, à Cartierville et au lac des Deux-Montagnes, trois monoplans et un hydravion. Inscrit à la Sloane School of Aviation de Long Island (NY), il obtint, le 23 octobre 1912, la licence de pilote no 179 de l’Aero Club of America.

(Il n’y a aucune relation avec Wilfrid T. Reid, fondateur en 1928 de Curtiss AReid Aircraft 5 Cartierville)

George A. Carruthers

Résident de Montréal et frère de William Carruthers (propriétaire d’un Blériot XI en 1910), il s’inscrit à l’hiver 1913 aux écoles Burgess de Floride et du Massachusetts et y obtient en 1914 le brevet de pilote no 769.

Jean-Marie Landry

Il fut un mécanicien de la ville de Québec. Il apprit à piloter en France, à l’école Blériot, recevant de Louis Blériot en personne le brevet no 1659 de la FA.I., octroyé le 20 juin 1914. Après la guerre, il fit l’acquisition d’un Curtiss JN-4 du surplus de guerre avec lequel il vola au côté du Français Georges Vézine.

M.R.Bedlington

Montréalais inscrit à la Sloane School of Aviation au printemps de 1913, il effectua son entraînant sur monoplan Déperdussin, aux installations de Californie puis de Long Island (NY).

Your name: *
Your phone: *
Your e-mail: *
Contact Preference:
Title of Message: *
Text: *
Please, Enter the Code