Les frères Vachon
2001

Pilote de brousse et mécaniciens

Roméo Vachon (1898-1954) Trophée McKee, CAHF. Formé comme mécanicien d’avion à Borden en 1920, Roméo joignit en 1921 le service aérien de la Laurentide Co. au Lac-à-la-Tortue (qui deviendra Laurentide Air Service en 1922). Breveté pilote commercial en 1923, il se rendit célèbre en 1928 en secourant le Bremen, premier avion à traverser l’Atlantique d’est en ouest mais contraint à un atterrissage forcé près de Blanc-Sablon. Du coup, Roméo devint l’idole des Canadiens français aspirant à percer le milieu de l’aviation. À l’emploi de Canadian Transcontinental Airways, il assurait alors le premier service de courrier aérien sur la Côte-Nord durant les mois d’hiver (larguant les sacs du haut des airs d’un village à l’autre). Occupant dans les années 30 divers postes de direction au sein de Canadian Airways, Québec Airways et Trans-Canada Airlines, Roméo sut mettre à profit ses qualités d’organisateur, se révélant l’un des principaux architectes du réseau aérien québécois. Durant la Deuxième Guerre mondiale, Roméo supervisa l’entretien des avions du British Commonwealth Air Training Plan. En 1944, il passa à la Commission des transports aériens. La même année, il fit partie de la délégation canadienne lors de la Conférence de Chicago menant à la création de l’OACI.

Irénée «Pete» Vachon (1894-1977) OC. Après avoir appris la mécanique automobile à Détroit, Irénée rejoignit son frère Roméo en 1921 au Lac-à-la-Tortue. En 1925, il se rendit en France pour un stage de perfectionnement, acquérant de rares compétences en mécanique de moteur et de charpente. Breveté pilote commercial en 1928, il vola pour Canadian Transcontinental Airways et Curtiss-Reid. Mais c’est surtout à titre de mécanicien qu’Irénée se signala, à la Compagnie Aérienne Franco-Canadienne, chez Curtiss-Reid et, de 1935 à 39, chez Noorduyn Aircraft pour laquelle il agit comme surintendant d’atelier. Cette nomination compta pour beaucoup dans les succès du célèbre avion de brousse Norseman. À l’emploi de Canadian Car & Foundry à Montréal durant la Deuxième Guerre mondiale, Irénée y supervisa la production des Liberator, Hampden et Hurricane. Il contribua également à la construction du Burnelli Loadmaster avant de retourner en 1950 chez Curtiss-Reid à titre de responsable d’entretien puis surintendant. Respecté et apprécié par ses pairs, il connut une longue carrière qui lui mérita en 1973 l’Ordre du Canada.

Roméo devint l’idole des Canadiens français aspirant à percer le milieu de l’aviation.

Donat Vachon (1903-2001). Sur les traces de Roméo et d’Irénée, Donat débuta à Saint-Hubert en 1928 pour la Canadian Transcontinental Airways à titre de technicien à l’entretien. La même année, il débutait son cours de pilote privé. De 1929 à 1933, souvent aux côtés d’Irénée, il vola pour Curtiss-Reid à Saint-Félicien, effectuant le transport du courrier, le ravitaillement des postes de traite, etc. Obtenant sa licence de mécanicien en 1933, il occupa ensuite divers postes à l’usine de Cartierville. En 1938, il obtint un poste à l’entretien des aéronefs chez Trans-Canada Airlines à Winnipeg, puis fut transféré à Montréal en 1940. Durant la Deuxième Guerre mondiale, il fut affecté aux services d’ingénierie, travaillant notamment à la conversion de bombardiers en avions de transport de personnel. À l’issue de la guerre, Donat retourna à son poste régulier chez Trans-Canada Airlines (aujourd’hui Air Canada), jusqu’à sa retraite 36 ans plus tard. Fait à signaler, on lui doit la création avec son épouse d’un centre d’accueil pour enfants handicapés.

Fernando Vachon (1912-2005). Introduit par Donat, Fernando débuta dans l’aviation en 1936 à l’usine de Curtiss-Reid à Cartierville. En 1938, il partit travailler dans l’Ouest comme mécanicien pour Canadian Airways. Durant la guerre, il veilla à l’entretien des avions de l’école militaire du Cap-de-la-Madeleine, se signalant par son esprit d’ingéniosité (développant par exemple un dispositif pour faciliter le stationnement des avions sur skis dans les hangars à planchers de béton). Après la guerre, Fernando travailla brièvement pour Trans-Canada Airlines et B.O.A.C. En 1948, C.P. Air le fit venir à Vancouver où il connut une carrière de près de 30 ans à titre de superviseur à l’entretien, inspecteur, instructeur, contrôleur de la qualité, etc.. Fernando mit aussi au point un système de détection des retards des avions de la flotte et un autre pour identifier les pertes de communication. De 1979 à 85, il fut professeur au British Columbia Institute of Technology. Dans le domaine médical, il contribua à l’invention d’un appareil de dialyse.

Distinctions

1937 : Roméo reçoit le Trophée McKee

1973 : Irené (Pete) décoré de l’Ordre du Canada

Your name: *
Your phone: *
Your e-mail: *
Contact Preference:
Title of Message: *
Text: *
Please, Enter the Code