Les hôtesses de l’air

Groupe d'hôtesse de l'air en 1947

Le métier d’hôtesse de l’air est apparu dans les années 1930. Comme première condition d’embauche, elles devaient détenir un diplôme d’infirmière. La toute première hôtesse fut Helen Church, une Américaine, qui jeta les bases de la fonction. La présence d’une infirmière à bord sécurisait les passagers et permettait de gérer les situations d’inconfort, de stress et de malaises…réalité initiale des premiers vols commerciaux.

L’hôtesse aidait notamment les passagers à utiliser les masques à oxygène lors des vols à haute altitude (les avions n’étant pas pressurisés à cette époque).

Les soeurs brunelles, hôtesse de l'air

Au Canada, c’est en 1938 que les premières hôtesses de l’air ont commencé à travailler pour la compagnie Trans-Canada Airlines (TCA), aujourd’hui Air Canada. Jusqu’en 1950, elles devaient être célibataires, de belle apparence, avoir moins de 25 ans, peser 8 kg de moins que leur taille vu l’exiguïté des cabines en cette période et avaient l’obligation de démissionner en cas de mariage.

Heureusement, avec le temps, les conditions ont évolué, en commençant par l’appellation « agente de bord» qui remplace « hôtesse de l‘air » et aux autres qualités auxquelles l’industrie fait appel aujourd’hui. De toutes les premières 15 hôtesses choisies par la compagnie, sur 1000 postulantes, figurent les sœurs Annette et Géralde Brunelle, premières hôtesses bilingues de la TCA. Faisant œuvre de pionnières, Annette et Géralde ont contribué à bâtir les fondations d‘une nouvelle profession, indispensable au développement de l’aviation commerciale. Elles furent intronisées au Panthéon de I’Air et de l’Espace du Québec en avril 2006.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *